CETTE PARTIE
DU SITE SCHIAPARELLI.COM
A ÉTÉ CONÇUE POUR
VOS PLUS GRANDS ÉCRANS.
NOUS VOUS INVITONS À METTRE À JOUR VOTRE NAVIGATEUR POUR UNE EXPÉRIENCE OPTIMALE DU SITE SCHIAPARELLI.COM
L'histoire
de la maison
anecdotes et faits marquants
  • ANNÉES
    20
  • ANNÉES
    30
  • ANNÉES
    40
  • ANNÉES
    50
  • DEPUIS
    2006
Les années
vingt
1927

Elsa Schiaparelli crée le premier pullover tricoté main à motif trompe l’œil qui est un succès immédiat. En noir et blanc, noir et couleurs vives, à motifs de nœud, de formes géométriques, de squelette, de cœurs transpercés, de tatouage de marin ou de tortue abstraite, le pull est adopté par actrices et célébrités de l’époque. Vogue le qualifie de chef d’œuvre. Les Etats-Unis s’en emparent immédiatement pour en faire un best-seller.

« La société
« Schiaparelli
— Pour le sport »
s'installe au
4, rue de la Paix.
1928

Les collections de maille sont complétées par des pyjamas de plage, costumes de bain, ensembles sportswear en tweed, tenues de ski et robes du soir.

Lancement du premier parfum « S ». Par superstition, Elsa Schiaparelli décide de nommer la plupart de ses parfums par un nom commençant par la lettre S.

Le pull à nœud en trompe l'œil devient tellement célèbre qu'un magazine américain en publie le patron sans mentionner le nom de la créatrice.

1929

Première utilisation de zips visibles en Haute Couture (à la fois décoratifs et fonctionnels).

Premières licences aux États-Unis pour des vêtements imprimés. Visionnaire, Elsa Schiaparelli anticipe la politique des licences pour développer sa marque. Cette stratégie deviendra la norme dans l'industrie de la mode quelques années plus tard.

Les championnes de sport arborent les créations Schiaparelli, notamment les pulls.

Crédits :
1927 & 28: Woman's sweaters courtesy the Philadelphia Museum of Art ; 1928: Model in two-piece Schiaparelli bathing suit © Condé Nast Archive/CORBIS ; 1929: Fitting at Elsa Schiaparelli's © Getty Images/Keystone-France ; Tennis professional Glenna Collett posing with Golf 1 Trophy © Underwood & Underwood/Corbis.
1930

Premiers manteaux et tailleurs à épaules marquées, qualifiés de « hard chic » (ancêtre du power suit).

En femme moderne et innovante, Elsa Schiaparelli dépose un brevet pour un maillot de bain une pièce à soutien-gorge intégré. Ce principe sera ensuite décliné pour des robes.

Première robe portefeuille en Haute Couture.

Première veste du soir : une longue robe du soir noire est associée à une veste portefeuille blanche. Une nouveau style est né pour le soir : porter une robe longue avec une veste.

Première collaboration avec un artiste, Elsa Triolet crée le collier “aspirine” en perles de porcelaine.

Nouvelles licences aux États-Unis de bas de couleur et de chaussures.

Elsa écrit son premier article publié dans un magazine américain.

Les années
trente
1931

Création de la jupe-culotte qui fait scandale en Angleterre.

Collaboration avec le peintre Jean Dunand : une robe longue présentant un plissé peint en trompe l’œil.

Premier défilé à New York de l’intégralité de la collection chez Saks.

1932
La maison de couture s’agrandit pour inclure 400 employés répartis en 8 ateliers. Les salons incluent désormais une boutique de prêt-à-porter couture.
La plaque devient :
« Schiaparelli - pour le Sport,
pour la Ville, pour le Soir ».

Création du « mad cap ». Ce petit chapeau en maille entre un bonnet et un tube de tricot peut prendre n’importe quelle forme. Son succès est immédiat et mondial.

Premières formes dites aérodynamiques, obtenues grâce à des volants savamment placés.

Ouverture des salons Schiaparelli à Londres, au 6 Upper Grosvenor Street.

La société Schiaparelli, Inc. est enregistrée aux États-Unis.

Innovation marquante, Elsa Schiaparelli développe le crêpe de rayonne froissé (semblable à de l’écorce d’arbre), précurseur des tissus froissés utilisés aujourd’hui.

19
33
1934

Couverture de TIME magazine. Elle est la première femme créatrice de mode à obtenir un tel honneur. L’article la présente comme « l’un des arbitres de la Haute Couture ultra-moderne ».

Nouvelle innovation : le rhodophane, un tissu aussi transparent et fragile que le verre.

Lancement d’une collection de parfums : Soucis, Salut et Schiap. Le flacon est dessiné par Jean-Michel Frank.

Premiers accessoires surréalistes (aussi appelés accessoires miniatures).

1935

La maison de couture emménage à l’Hôtel de Fontpertuis, 21 place Vendôme : 5 étages, 98 pièces, boutique au rez-de-chaussée, décoration assurée par Jean-Michel Frank en collaboration avec Alberto Giacometti.

Création de l’imprimé-collage coupures de presse (appelé « imprimé papier journal »). Afin de célèbrer le succès du nouveau siège de la maison de couture, Elsa découpe les articles de journaux la concernant pour en créer un imprimé.

Utilisation de zips en plastique de couleurs.

Première collaboration avec Salvador Dali pour un poudrier en forme de cadran de téléphone.

Schiaparelli, seule représentante de la Haute Couture française lors de la première Foire Commerciale du Luxe Français de Moscou.

1936

Première collaboration mode avec Dali pour des manteaux et tailleurs à poches-tiroirs.

Premier manteau-chemise (allure jeune pour ce vêtement décliné d’une chemise d’homme).

Collaboration avec Meret Oppenheim pour un bracelet en métal et fourrure.

Licence aux États-Unis de sacs-filets métalliques, façon cotte de maille.

Créations de bijoux avec Jean Schlumberger et Jean Clément.

1937

Lancement de Shocking. Ce parfum est un succès sans précédent. Son flacon, dessiné par l’artiste Léonor Fini, représente un mannequin de couturière épousant les courbes de Mae West, orné de fleurs de porcelaine et d’un mètre-ruban en trompe l’oeil, La fragrance est composée par le maître-nez, Jean Carles.

création de la couleur
« Rose Shocking »

Collaboration avec Jean Cocteau, dont les dessins sont déclinés en manteaux, ensembles du soir et bijoux.

Wallis Simpson, future duchesse de Windsor, choisit Schiaparelli pour son trousseau.

Création des costumes de Mae West pour le film Fifi, peau de pêche.

Création des premières robes du soir, dites courtes, en Haute Couture.

1938

Collection « Le Cirque ». Elsa Schiaparelli a été la première à donner un thème à ses collections dès le début des années 30. Entre silhouettes, accessoires et performances d’artistes de cirque, la présentation de la collection « Le Cirque » marque un nouveau tournant en étant le premier défilé-spectacle comparable à un défilé d’aujourd’hui.

Collection « Païenne ». Introduction du motif de la feuille de lierre qui deviendra un élément clef dans l’esthétique Schiaparelli.

Collection « Astrologique », avec notamment le motif Ursa Major. La Grande Ourse est la constellation préférée d’Elsa Schiaparelli car les grains de beauté de sa joue gauche en esquissent la forme.

Lancement du parfum Sleeping.

Création de la succursale américaine des Parfums Schiaparelli dont le siège au Rockefeller Center est décoré par Jean-Michel Frank.

1939

Collection "Commedia Dell' Arte".

Collection "Musique".

Lancement du parfum pour homme Snuff.

Collection « Cash & Carry ». Première utilisation du motif camouflage en Haute Couture. Création de la combi-pantalon à gros zip et maxi-poches (destinées à contenir l’équivalent d’un sac à main) et des tailleurs à sacoches intégrées pour anticiper les raids aériens. Ces tailleurs sont d’ailleurs appelés les « tailleurs-sirènes » en référence aux sirènes alertant des bombardements imminents.

En raison de la guerre, les effectifs de la Maison de Couture sont réduits à 150 personnes. Le personnel restant ne travaille qu’une semaine sur deux, avec un salaire réduit, pour permettre au plus grand nombre de conserver son emploi.

Crédits :
1931: Tennis professional Lili de Alvarez © Underwood & Underwood/Corbis ; Elsa Schiaparelli © Man Ray Trust / ADAGP/telimage - 2014 ; 1932: Katharine Hepburn © The Kobal Collection/Bachrach, Ernest ; 1935: Press cuttings collage prints © Getty Images/Sasha ; 21 place Vendôme © Ministère de la Culture - Médiathèque du Patrimoine, Dist. RMN-Grand Palais / François Kollar ; 1936: Model wearing Schiaparelli by Cecil Beaton © Condé Nast Publications Inc ; 1937: Duchess of Windsor by Cecil Beaton courtesy of the Cecil Beaton Studio Archive at Sotheby’s ; Woman’s evening coat courtesy the Philadelphia Museum of Art ; Woman’s evening dress courtesy the Philadelphia Museum of Art ; Christian Bérard, Le Cirque, 1938 © Adagp, Paris 2015; 1939: Patchwork Coat © Philadelphia Museum of Art/CORBIS(DG) ; Wool jumpsuit © Hulton Deutsch Collection/Corbis.
Les années
quarante
1940

Première silhouette sirène en Haute Couture. Les robes longues à la coupe fluide et moulante mettent le corps en valeur pour évoquer une silhouette de sirène.

Les vestes épaulées « hard chic » sont adoucies par des accessoires folks comme des ceintures à broderies finlandaises.

Nouvelle attitude pour les vêtements du soir : chics et pratiques. Les vestes d’inspiration militaire à grandes poches brodées deviennent les nouvelles pièces emblématiques du style Schiaparelli.

Création des costumes de la pièce de théâtre "Les Monstres Sacrés" de Jean Cocteau.

Elsa Schiaparelli signe un contrat avec le Columbia Lecture Bureau pour une tournée de conférences à travers les États-Unis. À travers le thème « Les vêtements font la femme », elle souhaite lever des fonds en faveur des enfants de la France Libre. Pendant deux mois, elle donnera 42 conférences dans 42 villes.

1941

Création de sa dernière collection avant de quitter Paris pour le reste de la durée de la guerre. Un des thèmes met en avant des motifs de fruits et légumes.

Elsa Schiaparelli confie sa maison de couture à son bras droit pour que la société puisse continuer à maintenir son rôle économique et social. En effet, son statut d’italienne à Paris devenant risqué, elle part vivre à New York jusqu’en 1945 et continue d’aider la France par de multiples initiatives outre-Atlantique.

Elsa Schiaparelli retrouve sa Maison de couture en juillet et présente sa nouvelle collection en septembre.

Participation à l’exposition du Théatre de la Mode, visant à relancer la Haute Couture.

Pierre Cardin intègre le studio de création pour quelques mois.

1945
Lancement du parfum Le Roy Soleil,
dont le flacon et la publicité sont dessinés
par Salvador Dali.
19
46

Création de la garde-robe Constellation (6 robes, 1 manteau réversible, 3 chapeaux pliables, le tout pour moins de 6 kg). Ce vestiaire de voyage fait sensation car il participe à l’émancipation des femmes et anticipe leurs déplacements plus fréquents.

1947

Création du modèle mythique à nœud rose rebrodé de jais.

L’activité parfum est telle qu’une usine est construite en banlieue parisienne.

Hubert de Givenchy est engagé pour assurer la direction artistique de la boutique. Il reste quatre années avant de lancer sa propre maison de couture.

1948

Premières silhouettes du soir contemporain : la simplicité d’un col roulé en jersey de soie noir contraste avec le volume d’une grande jupe volantée à motif écossais.

Lancement du parfum Zut (dont le flacon représente les jambes de Mistinguett perdant sa jupe).

1949

En dépit de la grève d’une partie des ateliers, Elsa Schiaparelli présente sa collection avec des modèles montrant épingles, fils de bâtis et échantillons de couleurs. L’audace et l’allure jeune de la collection lui assurent un grand succès.

Création de la robe « fruit défendu » : une robe du soir introduisant la notion de dessus-dessous. Un soutien-gorge brodé semble dépasser du bustier asymétrique de la robe.

Première robe drapée sans couture en Haute Couture.

Couverture de Newsweek
avec le titre Schiaparelli "The Shocker".
Crédits :
1940: Woman's dinner jacket courtesy the Philadelphia Museum of Art ; Model wearing Schiaparelli by Cecil Beaton © Condé Nast Publications Inc ; 1941: Woman's dinner jacket courtesy the Philadelphia Museum of Art ; 1945: Elsa Schiaparelli holding large hat © Bettmann/CORBIS ; 1947: Dinner suit and headdress by Schiaparelli © Condé Nast/Horst Estate ; 1949: Evening dress © Getty Images/Nina Leen.
Les années
cinquante
1950

Première robe smoking en Haute Couture.

Expérimentation de boutonnage dans la diagonale.

Schiaparelli joue du contraste entre matières fluides et raides pour des tailleurs et des robes.

Licence de prêt-à-porter Schiaparelli aux Etats-Unis.

Premier défilé caritatif à Beverly Hills.

19
51

Création de robes à plissé graphique. Le New York Times qualifie la collection de résolument tournée vers la modernité plutôt que vers le passé.

Création de la robe « 2-en-1 » : une robe-double où la partie gauche en taffetas est de volume ample alors que la partie droite en velours brodé est de forme étroite.

Lunettes en plumes de cellophane et écaille (mi- accessoires de mode mi- bijoux).

Licence de lingerie griffée "Schiaparelli couture lingerie" et de poupées aux Etats-Unis.

Philippe Venet intègre l’atelier tailleur et y reste une année.

1952

Première licence de lunettes griffées par une Maison de Haute Couture. Visionnaire, Elsa Schiaparelli anticipe une tendance et une stratégie qu’aucune marque n’ignore aujourd’hui.

Création de la robe-bustier au décolleté « cœur inversé ».

Lancement du parfum
Succès Fou.

Schiaparelli joue avec des accessoires oversize comme cette broche-abeille géante.

19
53
Création
des boucles
d’oreilles oversize

Ligne graphique dite « caressante » soulignant les formes féminines.

Création du manteau en « cheveux d’anges » de soie dégradés.

Signature de 11 licences aux Etats-Unis. Au total, 18 millions d’articles griffés Schiaparelli seront vendus cette année-là.

Licence de lunettes pliables.

Elargissement de ces licences au prêt-à-porter et cravates pour homme.

Création des costumes de Zsa Zsa Gabor pour le film Moulin Rouge de John Huston.

1954

Elsa Schiaparelli décide de fermer
sa maison de couture et se consacre
à son autobiographie Shocking life.

Parfums Schiaparelli
continue son activité.

Crédits :
1951: Schiaparelli Pleated Evening Gown by Horst P Horst © Condé Nast Archive/Corbis ; 1952: Schiaparelli Dress with Venus de Milo Drapery © Condé Nast Archive/Corbis ; Black bouclé shetland stole with oversized insect pin © Condé Nast Archive/Corbis ; 1954: Elsa Schiaparelli © Condé Nast Archive/Corbis.
2006
Les archives et les droits
Schiaparelli sont rachetés.
2012

Réouverture de la Maison de couture à l’Hôtel de Fontpertuis, 21 place Vendôme, là même où Elsa l’avait laissée.

Farida Khelfa est nommée ambassadrice de la Maison.

En mai, inauguration de l’exposition "Schiaparelli and Prada: Impossible Conversations" au Metropolitan Museum of Art de New York.

2013

En juillet, hommage à Elsa à travers une collection Haute Couture unique dessinée par Monsieur Christian Lacroix.

En septembre, Marco Zanini est nommé directeur de la création. Il est responsable des collections Haute Couture et Prêt-à-Couture jusqu’à fin 2014.

2014

En janvier, pendant la semaine
de la Haute Couture parisienne,
premier défilé Haute Couture
Schiaparelli depuis 1954.

Crédits :
2006: Elsa Schiaparelli © Ministère de la Culture - Médiathèque du Patrimoine, Dist. RMN-Grand Palais / François Kollar ; 2012: Farida Khelfa by Peter Lindbergh ; 2013: Christian Lacroix by Jean-Paul Goude courtesy Vanity Fair US.
Suivez-nous
Rejoignez le Cercle des Amis de la Maison Schiaparelli pour être les premiers informés de nos actualités, de nos nouvelles collections et de nos films exclusifs.
*
*
*
Les champs indiqués en rose
sont incorrects ou incomplets.

* Champs requis

Conformément à la Loi informatique du 6 janvier 1978, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant, en justifiant de votre identité, à contact-AT-schiaparelli-DOT-com.

MERCI

Nous vous souhaitons la bienvenue
dans le cercle des amis de la
Maison Schiaparelli.

Pour achever votre inscription,
veuillez cliquer le lien sur l'email
que nous venons de vous envoyer.